Pour illustrer des exemples de variations diachronique, diatopique et diastratique dans une autre langue que le français je choisi de travailler en italien même si l'italien comme langue nationale n'est pas toujours utilisé quotidiennement. Les italiens ont tendance à utiliser le dialecte régional pour les communications courantes mais aussi pour les productions artistiques (de nombreux artistes qu'il s'agisse de musique, cinéma, littérature s'exprime en dialecte et non en italien standard).

 

Variation diachronique: l'un des premiers exemples flagrant est le changement de la personne "voi" (le "vous" français) en "lei" (conjugaison de la troisième personne du singulier féminin) pour indiquer la forme de politesse ou le vouvoiement. Par exemple on ne dira plus "Vuoi siete il benvenuto" mais "Lei è la benvenuta". Pour distinguer à l'écrit qu'il s'agit du vouvoiement on met une majuscule à la personne, on distingue donc les phrases "Lei è la benvenuta" (Vous êtes la bienvenue) et "lei è la benvenuta" (elle est la bienvenue). Je rappelle qu'en italien il n'est pas nécessaire d'indiquer la personne, on peut dire "Io sono francese" et dans ce cas le "io" est sert à renforcer et simplement "sono francese". Comme autres exemples de variation diachronique il y a l'évolution des mots de l'ancien italien à l'italien moderne comme "giucco" qui devient "giocco" (le jeu), ou "aiuola" devient "aiola"  (petit jardin de fleurs)"oriuolo" devient "oriolo" (qui signifie oiseau et est utilisé dans les poèmes). Pour ce qui concerne les expressions je relèverai "per Baccho!" qui devient "per la miseria!" puis "dannazione!", l'expression "accipicchia!" qui devient "accidenti!" et que l'on connaît aujourd'hui sous la forme de "mamma mia!") et enfin "è gagliardo" est devenu "è fico" (l'équivalent de "c'est cool").

 

Variation diatopique: l'italien est donc une langue qui connaît une forte influence de ses nombreux dialectes encore parlés par les plus jeunes générations. Il est parfois difficile de faire la différence entre la langue italienne officielle et les dialectes car souvent les locuteurs italiens les confondent dans une même phrase. Je donnerai surtout des exemples dialectaux provenant de Rome et du Latium.

Régionalisme phonétique: à Rome les locuteurs utilisent l'interjection "Ao" au début d'une phrase et insistent sur la prononciation des voyelles finales, par exemple "Ao bella(aaa)!", de même ils prononcent seulement certaines syllabes de certains mots, par exemple le verbe "andiamo" (on y va) devient " 'na mo", les terminaisons des verbes à l'infinitif ne sont pas prononcées "andiamo a ballare" (allons danser) devient donc " 'na mo a balla' ". Beaucoup de mots ou verbes sont modifiés (le romain a tendance à supprimer ou agglutiner certaines syllabes), le verbe "mangiare" devient "magnare" ou le verbe "voglio" (je veux) devient "vojio" on arrive donc à ce type de locutions: "Ao! Vojio n'da' a magna' " pour " Voglio andare a mangiare". La prononciation du "s" devient "z" on dira la "borza" au lieu de la "borsa" (le sac)

Régionalisme syntaxique: on utilise la négation sous la forme de "nun" au lieu de "non" et les pronoms personnels "mi-ti-ci deviennent me-te-ce" (par exemple: "non mi va" devient "nun me va" (je n'ai pas envie). La conjugaison change aussi: "siamo" (nous sommes) devient "semmo", la forme durative en italien standard est "stiamo lavorando" (nous sommes en train de travailler) devient "stiamo a lavora' " (c'est-à-dire le verbe conjugué, la préposition "a" et le verbe à l'infinitif sans sa terminaison). L'article masculin défini "il" devient "er" par exemple " il capitano"/ "er capitano"

Régionalisme lexical: Rome est pleine de mots romains: "Mo" pour "adesso" (maintenant), "una cifra" pour "molto" (beaucoup), "pijare" pour "prendere" (prendre), " an'do" pour "dove" (où), "menare" pour "colpire" (frapper), "pischella" pour "ragazza" (fille) etc.

 

Variante diastratique: dans un contexte formel (le travail, l'administration, les médias etc) les locuteurs italiens tendent à diminuer l'usage du dialecte et à employer l'italien standard. Certaines formes syntaxiques changent comme l'interrogation et l'inversion du sujet ("Il caso vuole che…" devient "Vuole il caso che….")

 

Si cela vous intéresse vous pouvez voir la vidéo de l'humoriste romain Gigi Proietti sur You Tube, en particulier son interprétation "nun me rompe er ca" (Ne m'emmerde pas), en imitant l'accent français en romain!