Les langues véhiculaires:

J'ai choisi l'italien pour illustrer cet exercice. En Italie c'est le dialecte toscan qui est devenu la langue véhiculaire et la langue officielle du territoire national.

Les origines de l'italien: la langue latine avait deux formes: le latin vulgaire parlé par le peuple et le latin illustre qui était employé dans les textes littéraires, scientifiques ou religieux et parlé par l'élite. Le latin vulgaire a donc subi les transformations linguistiques, phonétiques et syntaxiques comme toute langue parlée (à la différence du latin illustre qui s'est cristallisé). Ces transformations ont crée différentes langues et dialectes sur tout le territoire.

L'italien moderne: est un dialecte qui a réussi à s'imposer au niveau national. Il s'agit du dialecte toscan. Le dialecte est devenu langue véhiculaire surtout par son facteur de prestige. En 1861, date de la proclamation du Royaume d'Italie, on choisit le toscan comme langue de l'unification. A cette époque l'Italie était divisée en régions et dialectes et il fallait élire une langue nationale qui puisse servir de lien commun pour aider à la communication entre les différentes régions. Le prestige de la langue toscane, la position géographique centrale de Florence et les développements économiques et commerciaux de

la Toscane

ont aidé à imposer ce choix. Avant cette réunification l'Italie n'était pas une nation mais un vaste territoire fait de régions indépendantes. Il n'était donc pas possible avant cette date de choisir une langue nationale. L'italien comme nous le connaissons aujourd'hui est donc une langue relativement jeune (en France, deux siècles avant, l'Académie française, fondée en 1635, avait pour mission de fixer et de donner les règles de la langue française standard).

La langue de Florence, langue littéraire des poètes tels que Dante, Pétrarque et Boccace s'impose donc comme la norme linguistique du territoire. En

1612, L

'Accademia della Crusca publie Il Vocabulario, le premier dictionnaire en langue italienne. Les académiciens avaient pour mission de montrer et conserver la beauté de la langue de Florence (surtout selon les œuvres des poètes du XIVème siècle). Il s'agit donc d'une langue déjà existante dont l'émergence permettra la communication entre tous les locuteurs du territoire.

De vulgari eloquentia, de Dante écrit en latin entre 1303 et 1305 recense les principaux dialectes parlés en Italie et tente de trouver quel serait le plus apte et le plus digne de devenir langue littéraire. Selon lui, la langue choisie doit être "illustre, cardinale, noble et solennelle".

Elle devait être illustre car de tradition littéraire, cardinale car elle est un point fixe autour duquel tous les dialectes devaient tourner, noble et solennelle car elle devait être digne d'être employée à la cour ou au tribunal. Selon ses recherches c'est le toscan qui satisfait à tous ces critères.

La langue italienne s'est imposée surtout grâce à la scolarisation (en

1859 l

'école primaire devient gratuite). Cependant en 1871 encore 60% des enfants ne sont pas scolarisés. D'un point de vue géographique on constate aussi de nombreuses disparités, en 1911, 10% de la population vivant dans le Nord de l'Italie est analphabète contre 60% dans le Sud. Ces données s'expliquent par le fait que dans les régions du sud les locuteurs n'abandonnent pas leurs dialectes. La langue italienne est la langue de l'école et devient difficilement la langue du quotidien. Encore aujourd'hui beaucoup d'habitants du Sud de l'Italie (Sicile, Campanie, Basilicate, Pouilles et Sardaigne) parlent le dialecte local. Ce fait linguistique n'est pas seulement un fait historique. Ces régions les plus pauvres de l'Italie, en conservant leur dialecte, résistent aux pressions économiques et politiques du Nord de l'Italie. De plus, l'Italie étant un pays jeune (proclamé et unifié en 1861), les habitants ne se sentent pas toujours faisant partie d'une nation, les dialectes résistent aussi dans cette optique de différenciations historiques, cultuelles et économiques des différentes régions.

Le rôle des medias: la plus grande partie des médias sont en langue italienne mais il existe de nombreuses chaines de télévisions locales en dialectes. De plus beaucoup de films sont tournés en dialectes selon le lieu du tournage; dans ce cas ils doivent être sous-titrés. La langue véhiculaire est en expansion mais les autres langues du territoire ne régressent pas aussi vite que prévu.

Les langues vernaculaires: L'Italie, pays plurilingue, compte plusieurs langues vernaculaires, en voici une liste non exhaustive: le piémontais, le napolitain, le sicilien, le vénitien, le lombard, le sarde, l'émilien-romagnol, le frioulan.

 

 En plus des dialectes, l'Italie considère le français comme langue co-officielle au Val d'Aoste tout comme l'Allemand au Tyrol du Sud.

 

Sitographie:

 

En Italien:

 

http://www.italica.rai.it/principali/lingua/storialingua.htm

 

http://www.primocircolopotenza.it/DivinaCommedia/Dante/originelingua.htm

 

http://www.dienneti.it/linguistica.htm

 

En Français:

 

http://www.italianculture.net/francais/langue.html

 

http://www.sudlangues.sn/IMG/pdf/doc-216.pdf

 

http://www.clio.fr/bibliotheque/pdf/pdf_la_langue_italienne_de_l_unite_a_nos_jours.pdf

 

http://www.coursitalien.org/fritalian/history.asp

 

En anglais:

 

http://www.ethnologue.com